Cholestérol

Il appartient à la famille des lipides (ou « graisses »), et a de nombreux rôles qui le rendent indispensable au bon fonctionnement de notre corps.

Il sert à la fabrication :

  • des membranes de nos cellules
  • de nombreuses hormones (oestrogènes, progestérone, testostérone, cortisol…)
  • de la vitamine D (qui favorise la fixation du calcium sur les os)
  • de la bile (qui participe à la digestion)

Seulement 1/3 du cholestérol de notre corps est apporté par l’alimentation, les 2/3 restants sont fabriqués par notre foie.
Le cholestérol est stocké au niveau du foie, donc il doit être transporté jusqu’aux cellules qui l’utiliseront.

Il existe 2 types de transporteurs du cholestérol :

  • le « LDL-cholestérol » (appelé parfois « mauvais cholestérol »), qui transporte le cholestérol du foie vers les cellules.
  • le « HDL-cholestérol » (appelé parfois « bon cholestérol »), qui ramène le cholestérol non utilisé vers le foie.

On a longtemps cru que diminuer le taux LDL-cholestérol et augmenter celui de HDL-cholestérol permettait de réduire le risque de maladie cardio-vasculaire, car :

→ certains facteurs augmentent le risque cardio-vasculaire, et en même temps augmentent le taux de LDL-cholestérol (c’est le cas des acides gras « saturés », des acides gras « trans »…)

→ d’autres facteurs diminuent le risque cardio-vasculaire, et en même temps augmentent le HDL-cholestérol… (par exemple : l’arrêt du tabac, l’adoption d’une activité physique régulière, l’augmentation de la consommation de certains oméga-3).

Cependant… il existe aussi des facteurs qui diminuent le LDL-cholestérol tout en augmentant le risque cardio-vasculaire ! (l’excès d’oméga-6 par exemple).
Ce qui montre que le cholestérol n’est pas en cause et ne peut pas être considéré comme un indicateur fiable du risque cardio-vasculaire.

Les études cliniques ayant réussi à diminuer de façon importante le taux de cholestérol (par des médicaments ou par un régime alimentaire) n’ont pas réussi à réduire la mortalité cardiaque.
Alors que d’autres études, basées sur une modification de l’alimentation, ont permis une diminution de 73 % des récidives cardiaques et une réduction de 76 % de la mortalité cardiaque… et cela, bien que le taux de cholestérol de ces participants soit à un niveau comparable à celui des patients du groupe témoin !
La plus célèbre de ces études est « l’Étude de Lyon » (menée entre 1987 et 1998 par le Dr Michel de Lorgeril et le Pr Serge Renaud) qui s’est inspirée de la « diète méditerranéenne ».

⇒ Si vous souhaitez modifier votre alimentation afin de prévenir le risque de maladie cardio-vasculaire, je me ferais un plaisir de vous y aider, à votre rythme.

 

Triglycérides

Les triglycérides appartiennent également à la famille des lipides (ou « graisses ») et peuvent être présents en excès dans le sang.

⇒ Une consommation excessive de sucres, d’alcool, ou un surpoids, peuvent favoriser l’excès de triglycérides dans le sang, donc une modification de l’alimentation peut contribuer à réduire le taux de triglycérides dans le sang.

 

 

« Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent
il vous soignera sans médicament »

Docteur Michel de Lorgeril, Thierry Souccar Editions (2007)

Voilà près de 50 ans qu’on mène une guerre sans répit au cholestérol sous prétexte qu’il est un facteur majeur de risque cardiovasculaire. Résultat : plus de 6 millions de Français sont traités et ceux qui ne le sont pas s’angoissent. Absurde ! écrit Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur de renommée internationale, dans ce document stupéfiant. Lire la suite