Notre alimentation actuelle suffit-elle à couvrir nos besoins ?

Les progrès industriels réalisés au cours du siècle passé ont permis une amélioration importante de notre qualité de vie, en réduisant sans cesse les efforts physiques nécessaires à la vie quotidienne (exemple : l’utilisation de la voiture, du téléphone, d’internet… nous évite de nombreux déplacements à pied ou à vélo).

En 1890, les hommes dépensaient en moyenne 4.000 kcal par jour, et les femmes environ 3.000 kcal par jour : ils devaient donc consommer des quantités d’aliments suffisamment importantes pour leur apporter toute cette énergie.

De nos jours, nous dépensons moins d’énergie, donc nous mangeons également moins : les français consomment en moyenne 2.300 kcal par jour, et les françaises environ 1.800 kcal par jour.

Sachant que nos besoins en magnésium sont estimés à 350 à 400 mg par jour, et que 1.000 kcal de notre alimentation apporte en moyenne 120 mg de magnésium, on constate que notre alimentation ne suffit plus à couvrir nos besoins en magnésium (1.800 kcal apportent environ 216 mg de magnésium, et 2.300 kcal apportent environ 276 mg de magnésium).

Choisir des aliments particulièrement riches en magnésium (noix & graines, légumineuses, certaines eaux minérales…) permet d’améliorer l’apport de magnésium, mais cela n’est pas toujours suffisant… d’autant plus que le stress augmente nos besoins en magnésium. 

Le magnésium sert à transformer nos aliments en énergie utilisable par notre corps, donc un manque de magnésium peut entraîner une fatigue physique, une fatigue intellectuelle, des petites contractions musculaires telles la « paupière qui saute »…

Mais tous les compléments alimentaires contenant du magnésium n’ont pas la même efficacité, car celle-ci dépend de différents facteurs :

1- La bonne forme :

Pour être bien absorbés (c’est-à-dire passer de l’intestin vers le sang), les nutriments doivent être apportés sous la forme la plus « bio-disponible » qui existe.

Exemple :

  • le magnésium, sous forme « oxyde de magnésium », est mal absorbé, donc peu efficace… (et peut même entraîner une diarrhée).
  • au contraire, le magnésium apporté par le « glycérophosphate de magnésium » ou le « citrate de magnésium » sont bien absorbés (car plus « bio-disponibles ») donc ces formes de magnésium sont beaucoup plus efficaces, et n’entraînent pas de diarrhée.

2- Le bon dosage :

La dose apportée par le complément doit être adaptée à notre besoin journalier, qui varie en fonction :

  • du nutriment : les besoins en magnésium sont de quelques centaines de milligrammes, alors qu’ils ne sont que de quelques microgrammes pour la vitamine B12…
  • de l’âge, du sexe, de l’activité physique… de la personne concernée

Exemple :
le besoin journalier en magnésium d’un adulte étant d’au moins 350 à 400 mg, un complément alimentaire apportant 30 mg de magnésium par comprimé serait nettement insuffisant (ou alors il faudrait avaler une dizaine de comprimés par jour !)

3- La bonne association :

Certains nutriments sont plus efficaces s’ils sont apportés en même temps que d’autres.
Exemple : La vitamine B6 permet une meilleure utilisation du magnésium.

Au contraire, certaines associations peuvent être néfastes…
Exemple : De nombreux compléments contiennent à la fois de la vitamine C et du fer :
la vitamine C est habituellement anti-oxydante (c’est-à-dire qu’elle lutte contre le vieillissement), mais en présence de fer, elle devient oxydante (donc accélère le vieillissement !).

4- Le bon moment :

Certains nutriments sont mieux absorbés lorsqu’ils sont pris à jeun.

Alors que d’autres nutriments sont mieux absorbés s’ils sont pris lors d’un repas contenant des graisses. C’est par exemple le cas de la vitamine E.

 

⇒ Les conseils d’un professionnel de santé formé à la bonne utilisation des compléments alimentaires sont donc bien utiles, afin d’obtenir une efficacité optimale pour un coût minimum.

 

 

«  Santé, mensonges et propagande »

Thierry SOUCCAR et Isabelle ROBARD, Editions Seuil (2004)