Mieux vaut prévenir que guérir ?

Maladies cardio-vasculaires, diabète, ostéoporose, maladie d’Alzheimer… sont des
« maladies chroniques ». Cela signifie que ni les médicaments, ni les techniques chirurgicales ne peuvent guérir ces maladies : ils ne font que soulager les symptômes, ralentissant parfois l’évolution de la maladie et prolongeant l’espérance de vie, avec une qualité de vie plus ou moins diminuée (exemple : paralysie d’un côté, suite à un Accident Vasculaire Cérébral).

De plus, les médicaments et la chirurgie ont trop souvent des effets secondaires, qui dans certains cas peuvent même être plus graves que la maladie initiale (toxicité musculaire des statines prescrites pour réduire le cholestérol, hépatite médicamenteuse… par exemple)

Il y a quelques dizaines d’années (donc bien avant les progrès actuels de la médecine), on a remarqué que dans certaines régions du monde, les centenaires étaient plus nombreux qu’ailleurs, et en très bonne santé : sur l’île de Crète (en Grèce), sur l’île d’Okinawa (au Japon)

L’étude de leur alimentation et de leur mode de vie est une formidable source d’informations, puisqu’on ne connaît actuellement pas encore tous les effets bénéfiques des nutriments contenus dans les aliments (vitamines, antioxydants, polyphénols…).

La « diète méditerranéenne » (inspirée par l’alimentation traditionnelle des crétois) a été testée avec succès lors de « l’Étude de Lyon » (de 1987 à 1998) pour prévenir les maladies cardio-vasculaires. Cette étude a également mis en évidence une diminution de la mortalité par cancers.

Le modèle d’Okinawa est lui aussi intéressant pour rester en bonne santé le plus longtemps possible, mais étant plus éloigné de nos habitudes alimentaires, il est certainement moins évident à adopter.

De plus en plus d’études montrent les bienfaits de la diète méditerranéenne pour prévenir différentes maladies chroniques :

 

Un mode de vie protecteur

La diète méditerranéenne est l’un des 4 facteurs majeurs du mode de vie protecteur décrit par le Docteur de Lorgeril dans son livre  « Prévenir l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral ».

Les 3 autres facteurs étant :

→ la pratique régulière d’activité physique
→ la gestion du stress
→ et l’éviction des polluants (tabac notamment).

Extrait de la page 364 du livre du Dr Michel de Lorgeril :

« BIEN CHOISIR SON DIÉTÉTICIEN NUTRITIONNISTE

Changer ses habitudes alimentaires sera pour certains la plus grosse difficulté à surmonter. Il ne faut pas se décourager ! Si vous êtes dans l’urgence ou que vous vous sentez dépassé(e) après avoir lu ce livre (ou à la sortie de l’hôpital), la meilleure solution est de prendre rendez-vous avec un diététicien. Allez à la consultation avec ce livre et exigez d’être initié(e) aux secrets et traditions alimentaires méditerranéens. Quel que soit votre budget, je vous supplie de faire cet investissement sur l’avenir ! Vous ne le regretterez pas car aucun livre de recettes, aussi bien fait soit-il, ne vous apprendra autant qu’un professionnel de la diététique. »

 

La diète méditerranéenne

Elle se caractérise par une prédominance d’aliments végétaux : légumes, céréales complètes, légumineuses, fruits, noix et graines, ail, oignon, herbes aromatiques, huile d’olive, vin rouge, thé…

⇒ Si vous souhaitez adopter une alimentation protectrice contre bon nombre de maladies chroniques, « méditerraniser » vos recettes habituelles, ou même en découvrir de nouvelles…
je me ferai un plaisir de vous y aider, en progressant à votre rythme.