Merci à Isabelle Padovani pour cet éclairage sur les réactions compulsives… et la culpabilité qui s’en suit 🙂