Se nourrir est plus qu’un acte mécanique tel que faire le plein de sa voiture à la station-service… Se nourrir permet de respecter ses valeurs personnelles.
Les jeunes parents en prennent encore plus conscience lorsqu’ils réfléchissent à ce qu’ils veulent donner comme nourriture à leur enfant.

Et vous, quelle valeur souhaitez-vous respecter en priorité ?

 

Si votre priorité c’est… faire des économies

La meilleure idée est d’acheter des produits de base (pâtes, farine, huile, légumes surgelés…), puis de vous rendre dans votre cuisine pour y préparer de bons petits plats, desserts, gâteaux, biscuits…

Les produits de saison (fruits & légumes en particulier) sont évidemment moins chers que hors saison (et ont plus de goût !). Se rendre au marché permet de voir quels sont les légumes et fruits du moment, et en fin de marché, les vendeurs bradent les produits un peu abîmés à consommer le jour même…

On peut aussi acheter ses yaourts natures et les parfumer au gré de son imagination : sucre, confiture, compote, fruits en morceaux, banane en purée, extrait de vanille, caramel, chocolat…

Difficulté :

Les produits élaborés (plats préparés, gâteaux, biscuits…) sont toujours plus chers que ceux faits maison ! Faire des économies demande donc de prendre un peu de temps pour cuisiner.

De plus, lorsqu’on cuisine, on sait ce que l’on met dans nos recettes (alors que les produits élaborés contiennent très souvent des ingrédients, des conservateurs… qu’on ne mettrait pas de nous-mêmes – comme par exemple de l’alcool dans les pâtes à tarte toutes prêtes).

 

Si votre priorité c’est… gagner du temps

Les légumes surgelés vous feront gagner du temps (pas de lavage, ni d’épluchage…).

Préparer des plats en plus grandes quantités, et en mettre au congélateur est également une bonne idée (par exemple la purée supporte très bien la congélation).

Difficulté :

On peut également recourir aux plats préparés industriels, plus coûteux, et dont le goût n’est pas comparable à celui des plats maisons…

 

Si votre priorité c’est… la qualité, le goût

Vous préférez la « qualité » plutôt que la « quantité », vous aimez prendre le temps de déguster ce que vous mangez afin d’en retirer un maximum de plaisir…

Vous recherchez par exemple des tomates qui ont un « vrai goût de tomate », mais qui sont de moins en moins faciles à trouver…

Vous vous régalez avec le goût d’une purée maison (faite avec des pommes de terre cuites, puis écrasées…) et vous trouvez que la purée en flocons n’a vraiment pas le même goût…

Sachant qu’on préfère généralement les goûts auxquels on est habitué, un enfant qui a toujours mangé de la purée en sachet risque fort de ne pas apprécier votre si bonne purée maison !

Difficulté :

Trouver de produits de bonne qualité, et les préparer, demande nécessairement du temps…

 

Si votre priorité c’est… respecter l’environnement, limiter la pollution de la nature

Soyez attentifs à la provenance de vos aliments, afin d’éviter les fraises provenant d’Espagne, les pommes venant de l’hémisphère sud (c’est que ce n’est pas la saison dans notre hémisphère…).

Les aliments « bio » (c’est-à-dire issus de l’Agriculture Biologique) sont également intéressants (à condition qu’ils ne viennent pas de trop loin pour ceux qui sont cultivables sous notre climat).

Les pesticides utilisés dans l’agriculture conventionnelle se concentrent dans la peau des fruits et légumes, dans l’enveloppe des céréales… L’agriculture « bio » est donc particulièrement intéressante pour les fruits et légumes que l’on consomme avec la peau, pour les céréales complètes (dont on a gardé l’enveloppe – qui est riche en fibres).

Augmenter votre consommation d’aliments végétaux et réduire celle de produits animaux contribue également à limiter la pollution (car nourrir les animaux d’élevage nécessite d’importantes quantités de végétaux).

Difficulté :

L’offre d’aliments « bio » est plus réduite, il est donc difficile de trouver en version « bio » tout ce qu’on a l’habitude de prendre… Mais cela peut aussi être l’occasion de modifier ses habitudes, et revenir à l’essentiel.

 

Si votre priorité c’est… respecter le bien-être des animaux

Vous trouverez facilement en supermarché des œufs de poule « élevées en plein air ».

En revanche pour la viande, c’est moins facile de savoir…

Sans doute vous est-il déjà arrivé de traverser un joli coin de campagne dont l’air empestait le lisier de porc (trahissant la proximité d’une porcherie industrielle).

Sachez que 99% de la viande de porc provient d’élevages intensifs. Acheter du jambon ordinaire encourage ces pratiques d’élevage peu respectueuses des animaux, de l’environnement, et des personnes ayant la malchance de vivre près de tels élevages…

La solution pour encourager d’autres modes d’élevages plus respectueux est de choisir des charcuteries de porc « élevés en plein air » ou « bio ».

Difficulté :

Un jour arrivera peut-être où vous penserez que la meilleure façon de respecter les animaux est tout simplement de ne pas les manger… (on ne mange pas de chien ou de chat dans notre pays, alors que cela se fait pourtant dans d’autres pays… et à l’inverse en Inde, la vache est considérée comme un animal sacré, qui ne se mange donc pas !).

Et si vous n’aimez pas la viande, ne vous forcez pas à en manger : les végétariens ont généralement une alimentation plus variée et moins souvent de problèmes de santé…

www.alimentation-responsable.com/positions-officielles

 

Si votre priorité c’est… consommer les produits vus dans les publicités

Il y a un siècle, l’industrie avait pour rôle la satisfaction de nos besoins essentiels (alimentation, logement, éducation, santé). Maintenant que nos besoins essentiels sont satisfaits, l’industrie cherche sans cesse à créer de nouveaux besoins : c’est ce qu’on appelle la « société de consommation », où la publicité tient à nous faire croire que le bonheur est de posséder sans cesse de nouveaux objets.

Les produits élaborés de l’industrie agroalimentaire contiennent souvent des quantités disproportionnées de sel ou de sucre, pour que le consommateur trouve cela « bon » au goût et ait envie d’en racheter très souvent…

Et le nombre illimité de variétés de desserts lactés (ou de céréales pour petit déjeuner…) incite à consommer beaucoup plus souvent ces produits que lorsqu’ils n’existaient qu’en version nature (que l’on pouvait accommoder soi-même de différentes façons, au gré de notre imagination…).

Difficulté :

Les goûts salé ou sucré ont tendance à nous faire manger au-delà de nos besoins réels, de notre faim… ce n’est donc pas étonnant qu’il soit beaucoup plus difficile d’être raisonnable sur ces produits (comme par exemple, les biscuits apéritifs, ou la pâte à tartiner chocolatée aux noisettes – qui contient plus de 50% de sucre ! ).

Ces produits coûtent évidemment plus chers, et sont conçus pour qu’on ait tendance à en manger de plus grandes quantités, ce qui revient encore plus cher au final… (et n’aide pas vraiment les personnes ayant tendance à prendre du poids).

 

Si votre priorité c’est… rester en bonne santé le plus longtemps possible

Choisissez les aliments les moins transformés possible, et pour les autres, lisez attentivement la « liste des ingrédients » pour savoir ce qu’ils contiennent vraiment…

Sans oublier que l’alimentation n’est qu’un des nombreux facteurs permettant de rester en bonne santé : éviter le tabac, dormir suffisamment, pratiquer une activité physique régulière, bien gérer notre stress et nos émotions… participent également à préserver notre santé.

Difficulté :

Les connaissances sur les aliments sont en constante évolution, et les idées reçues sont nombreuses… Si vous avez envie de faire le point sur ces connaissances et idées reçues, n’hésitez pas à consulter un professionnel de l’alimentation et de la santé, tel qu’une diététicienne nutritionniste.

 

Si vous remarquez que plusieurs priorités sont importantes à vos yeux, vous pouvez les classer (de la plus importante pour vous à la moins importante) :

1.

2.

3.

 

Publié le 25/09/2009 – Actualisé le 22/01/2018