Tout comme la Journée internationale pour les droits des femmes le 8 mars est l’occasion de faire le point sur les inégalités persistantes, la Journée internationale sans viande le 20 mars est l’occasion de nous interroger sur notre consommation quotidienne (ou presque) de viande…

Au regard de la situation actuelle, les raisons de manger de la viande sont-elles toujours plus nombreuses que les raisons de ne pas en manger ?

 

Manger de la viande, comme nous le faisons actuellement, contribue :

1. à la faim dans le monde (tant d’animaux sont élevés dans notre pays, que notre agriculture ne suffit pas à les nourrir, et on importe massivement du soja d’Amérique du sud… au détriment des cultures vivrières de ces pays)

2. aux problèmes sanitaires d’antibiorésistance et d’épidémies de nouveaux virus

3. à la dégradation de notre environnement (par l’importation de soja génétiquement modifié, la déforestation, tous les transports liés à l’élevage…)

4. à perpétuer un problème éthique, nommé spécisme.

 

Les raisons d’en manger ?

1. L’habitude

2. L’idée que c’est indispensable pour être en bonne santé

3. La difficulté de trouver des plats sans viande lorsqu’on ne mange pas chez soi…